Les déjantes du coteau
http://lesdejantesducoteau.free.fr

Accueil > Culture de Perles  > Le Vieux

Le Vieux

 
le vieux - 36.7 ko
le vieux

Au loin, les aboiements des chiens signalent la course d’une meute aux trousses d’un chevreuil. Seul en selle en ce dimanche de fin de siècle je termine une matinée de découverte au milieu de l’imposante forêt de la Double.

maison à colombage - 55.3 ko
maison à colombage

Mes pneus froissent l’épais tapis de feuilles dans la côte qui me ramène vers la maison à colombage près de laquelle j’ai laissé ma voiture quelques heures plus tôt.

Depuis que j’ai amorçé mon retour, plus d’une heure s’est écoulée, et je ne dois plus être très loin.

Un peu plus tôt, j’ai traversé un groupe de masures aux murs torturés par les ans. Seules quelques ronces paraîssaient m’épier derrière une fenêtre dont les intempéries avaient épargné la vitre.

masures aux murs torturés par les ans - 104.7 ko
masures aux murs torturés par les ans

Pas un bruit, pas une âme à qui demander mon chemin.

Je commençais à craindre de m’être égaré, quand enfin l’épaisseur de la frondaison perd de sa densité et je débouche sur une clairière.

Là, un vieux, en compagnie d’un chien sarcle ses patates.

Je m’approche et lui demande mon chemin.

-  Oui, en poussant tout droit à travers bois, je me dirigerai vers la maison à colombage auprès de laquelle j’ai laissé ma voiture. Mais, dans ces bois, j’allais me perdre, forcément... Mieux vallait donc que je prenne la route, là, tout de suite après sa maison.

-  Répondant que je refuse d’offenser mon vélo en l’obligeant à rouler sur le bitume, je tente de convaincre le vieux de la fiabilité de mon sens de l’orientation.

la chaumière du vieux - 38.8 ko
la chaumière du vieux

Puis, sans écouter davantage ses radotages, j’enfourche mon vélo et souque ferme, droit sur ma voiture.

Encore une côte, puis la sente redescend vers un étang aux eaux fumantes duquel s’envole un héron blanc.

J’emprunte sa chaussée et marque une courte pause pour admirer la vanne, piton de cœur de chêne suspendu à une potence du même bois, qu’une paire de bœufs n’aurait pas suffi à soulever.

piton en cœur de chêne - 31.9 ko
piton en cœur de chêne

Quittant les berges envahies de roseaux, la masse des arbres m’avale à nouveau et mes roues cherchent le passage dans une demi obscurité. Depuis longtemps, les chiens ont cessé de brailler, et je me demande quelle heure il peut bien être. N’aurais-je pas dépassé ma voiture ?

Et enfin, la lumière ! Elle déchire une brèche dans le mur du feuillage. Je me dirige dans sa direction. Je m’y faufile. Et j’atteins alors l’orée du bois.

Là, dans un champs de patates, accompagné de son chien, j’aperçois un vieux. Courbé sur son ouvrage,feignant d’ignorer ma présence, le vieux marmonne :

« Je lui avais pourtant bien dit qu’il allait se perdre ! »

 [1]

Mots-clés : Forêt Double Périgord etang masure colombage Dordogne Montpon sur L’Isle gravures croquis Lilian Longaud

Serge Grovélo

[1] Croquis de Lilian LONGAUD, artiste de l’authentique, qui a reçu en 2005, de l’Académie des Sciences, des Lettres et des Arts de Bordeaux, le PRIX DE LA FONDATION DU PATRIMOINE. Publiés avec l’autorisation de l’auteur.

Date de publication : 30 septembre 2006 par Serge Grovélo

 

Documents joints à l'article

- Taille du fichier: 1.2 ko